Caractéristiques de la Tuberculose

/ / VOIR LES ACTIONS

La bactérie Mycobacterium tuberculosis

La bactérie Mycobacterium tuberculosis

La tuberculose est une maladie liée à une bactérie résistante au milieu extérieur. Il existe différentes souches dont une souche bovine (Mycobacterium bovis), bactérie responsable de la tuberculose bovine, qui peut être transmise à l’homme dans certaines conditions mais qui touche principalement les bovins. En France, plus de 99 % des cas de tuberculose chez les humains sont dus à la souche humaine de la maladie (Mycobacterium tuberculosis). La transmission de la maladie s’effectue :

– Par inhalation de gouttelettes émises lors de la toux ou d’aérosols contaminés (lorsque les bovins se reniflent de mufle à mufle par exemple).

– Par ingestion, inhalation ou léchage de matières contaminées : lait, eau d’abreuvement, fourrage, pierres à lécher, etc.

Certaines sécrétions comme le sperme ou l’urine peuvent également être contaminantes. Dans le cas de déclaration clinique, les principaux symptômes observés sont des lésions pulmonaires (qui peuvent s’étendre à d’autres organes) chez les bovins qui donnent lieu à des saisies partielles ou totales à l’abattoir. Cependant, les animaux sont souvent atteints de manière invisible (sans signe clinique). Comme la maladie évolue lentement, pendant des mois, voire des années, avant qu’elle ne tue un animal atteint, celui-ci peut la transmettre à de nombreux autres animaux de l’élevage avant de commencer à présenter des signes cliniques.

 

DÉPISTAGE ET SITUATION

PRINCIPALES DISPOSITIONS

Tuberculines IDS et IDCLe Contrôle (tuberculination) avait lieu tous les 3 ans sur les bovins de plus de 24 mois, ou annuellement pour les communes en suivis renforcées (IDC ou IDS annuelles).

Depuis la campagne 2018/2019, le dépistage aura lieu tous les ans (IDC) sur les bovins de plus de 24 mois et sur tout le département.

Dépistage en abattoir sur les animaux abattus.

Abattage subventionné dès qu’un diagnostic de certitude est réalisé dans un élevage.

Contrôle à l’achat : il n’est plus obligatoire depuis le printemps 2005, sauf situations particulières.

La campagne de prophylaxie 2018/2019 a été la première à connaître une généralisation du dépistage de la prophylaxie de la tuberculose : tous les cheptels bovins du département ont été dépistés en intra dermo comparative sur les bovins de plus de 24 mois. Il s’agit d’une dérogation accordée par l’État, suite à un argumentaire écrit et signé par le GDS 64 et le GTV 64, l’État demandant, pour sa part, un contrôle sur tous les bovins de plus de 18 mois.

L’ensemble de la profession vétérinaire et des éleveurs du département se sont relevés les manches et ont accompli ce travail fastidieux de façon sérieuse et volontaire. Les vétérinaires en réalisant correctement, sur l’encolure, les intradermotuberculinations, en mesurant les plis de peau et en déclarant toutes les vaches réagissantes. Les éleveurs en acceptant cette nouvelle contrainte, en améliorant la contention et en acceptant les abattages diagnostiques. Ces efforts ont été salués et encouragés par l’administration.

L’accompagnement des vétérinaires, financé par le GDS 64, est aussi une manière d’aider les éleveurs et les vétérinaires, puisque l’accompagnant, qu’il soit délégué du GDS ou salarié du Service de Remplacement, se charge de la partie administrative et de la « paperasse » de la prophylaxie. L’éleveur peut alors se concentrer sur la contention. Ce service, largement plébiscité par la profession vétérinaire, même si certains (peu) ne l’utilisent pas encore, est reconduit pour la campagne 2019/2020, avec cette fois une participation financière de l’état qui aidera le GDS à partir de 40 000 € de dépense.

 

LES RÉSULTATS DE LA CAMPAGNE 2018/2019

Après une augmentation importante en 2018, le nombre de foyers de tuberculose bovine a diminué en 2019, alors que la totalité des cheptels du département a été dépistée en IDC. L’inquiétude vient à présent de la concentration de ces foyers sur une zone jusque-là plus ou moins épargnée. Une zone à forte concentration d’élevages et qui rassemble toutes les caractéristiques pour une propagation rapide et une installation de la mycobactérie (concentration de cheptels, terrain vallonné et boisé, abreuvement au ruisseau, etc…).

25 foyers ont été détectés en 2019, avec une explosion des cas vers le centre du département. Les 3 cas de tuberculose en zone montagne de la campagne 2018 n’ont pas fait de « petits » pour le moment, et l’on peut s’en réjouir. Le nombre de cas en zone nord et nord-est du département continue de diminuer fortement, ainsi que le nombre de cheptels touchés sur le Pays Basque.

CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DES CAS

La prophylaxie reste le premier moyen de découverte de la tuberculose bovine dans notre département. C’est encourageant car cela signifie qu’elle est mieux réalisée et que la tuberculose est trouvée plus précocement dans les cheptels, peut-être avant d’avoir trop diffusé.

Le nombre de bovins abattus cette année pour des raisons liées à de la tuberculose commence à être relativement inquiétant pour notre cheptel départemental. En effet, 493 animaux ont été abattus en abattage diagnostique (suite à des réactions à la prophylaxie) et 1 192 en vue de l’assainissement des troupeaux (élevages ayant la tuberculose, en abattage sélectif ou total). Nous espérons que l’effort consenti par la profession agricole portera rapidement ses fruits, et que ces nombres seront moins élevés dans les années à venir.

  • Découvertes abattoir : 2
  • Découvertes de prophylaxie : 22

DEVENIR DES CHEPTELS EN APDI 2019

  • Abattage sélectif : 5
  • Abattage total : 19

COMITE DE PILOTAGE TUBERCULOSE

Le Comité de pilotage départemental continue son travail. Composé historiquement de la DDPP, du GDS 64 et du GTV 64, il s’est enrichi en 2018 de la Chambre d’Agriculture et d’épidémiologiste de la DRAAF (niveau régional de l’administration centrale).

Étudiant mensuellement les dossiers individuels de demande d’abattages sélectifs, il est aussi un lieu d’échanges constructifs et participatifs sur la politique sanitaire de gestion de la Tuberculose dans notre département.

 

 

[Haut]