La Caisse Sanitaire des Petits Ruminants C.S.P.R.

HISTORIQUE

La Caisse Sanitaire des Petits Ruminants a été créée pour aider les éleveurs subissant des problèmes sanitaires graves, imprévisibles et d’origine infectieuse sur leurs troupeaux ovins ou caprins.

Dans un premier temps, les diagnostics sont étudiés par un comité de gestion (80 % du montant hors taxes des frais d’analyses engagés sont remboursés).

En fin de campagne laitière, si un diagnostic est posé, les pertes de production sont calculées et une aide peut être apportée aux éleveurs remplissant les conditions de prises en charge.

MALADIES ELLIGIBLES

Fièvre Q, Chlamydiose, Salmonellose, Toxoplasmose, Border Disease, Visna Maedi, Listériose, Eczéma Facial, Adénomatose, Paratuberculose, Cryptosporidiose, Ectyma, Sono, Mammites, CAEV, Pasteurellose.

LES PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

POUR OUVRIR UN DOSSIER, IL FAUT :

¨     Dans le cas de maladies abortives : qu’au minimum 10 % des femelles avortent dans une période courte ou 5 % sur la campagne,

¨     Dans le cas de maladies non abortives : plus de 5 % des animaux doivent présenter les mêmes symptômes (hors maladies réglementées).

LA CAISSE SANITAIRE DES PETITS RUMINANTS INTERVIENT SUR :

¨   LES FRAIS DE DIAGNOSTIC : en prenant en charge les frais d’analyses et les frais de prélèvements vétérinaires, à hauteur de 80 % du HT.

¨   LES PERTES DE PRODUCTION (Pour une maladie éligible). Elles sont calculées en évaluant le manque à gagner constaté l’année de la maladie, en comparant la production de cette année-là avec la moyenne des 2 années précédentes. Les variations d’effectifs sont comptabilisées dans le calcul. L’éleveur doit fournir des justificatifs (certificats d’équarrissage, attestation de la laiterie, cahier de transformation, attestation de vente des agneaux et réforme…).

Le  montant des pertes se calcule en se basant sur des valeurs forfaitaires, différentes en fonction de l’option choisie (cf. tableau suivant).

OPTION 1 OPTION 2 et 3
Agneau mort et avortement 34 € 46 €
Brebis de réforme 61 € 91 €
Brebis morte 91 € 122 €
Lait (en litres) 0.92 €
Fromage (en Kg) De 10 à 15 €

Le pourcentage de prise en charge varie de 50 à 70 % selon l’importance des pertes par ovin (valeur du seuil déduite). Plus la perte est importante, plus le pourcentage de prise en charge augmente. Le montant de prise en charge doit dépasser un seuil. Ce dernier correspond à 6 % du produit ovin (ventes d’agneaux, de brebis de réforme et de lait, ou de fromage). L’aide est plafonnée à 33 % (option 1 et 2) et à 50 % en option 3 ; au dessus du seuil.

BILAN DE LA CAMPAGNE 2015/2016

50 dossiers présentés : 35 dossiers « avortements » (dont 1 dossier caprin)

  • 9 185 € pour l’aide au diagnostic (dont 1 570 € sans diagnostic posé),
  • 32 790 € pour les pertes de production

15 dossiers « autres maladies »

  • 3 140 € pour l’aide au diagnostic,
  • 10 781 € pour les pertes de production

Cette année encore, la Toxoplasmose représente la maladie la plus étudiée par les éleveurs du comité de gestion, avec le montant d’aide le plus élevé (avec 23 700 d’aides). Sur la campagne 2015/2016, au total,55 900 € ont été réattribué aux éleveurs : 12 300 € pour les aides au diagnostic et 43 600 € pour des pertes de production (lait/fromages, brebis mortes, brebis de réformes et agneaux perdus).

image4

De nombreux dossiers sont présentés en comité de gestion sans avoir de diagnostic posé, faute d’analyses complémentaires. Il est donc dommage pour l’éleveur de ne pas savoir pourquoi le troupeau a un problème (problèmes économiques engendrés, maladie non soignée qui peut perdurer dans le temps…). Cela peut surtout maintenir des problèmes sanitaires sur un secteur par des contaminations aux cheptels voisins (exemple de la Border Disease ou de la Salmonellose). Les frais engagés pour trouver la source du problème sont le plus souvent moins élevés que les conséquences économiques d’une maladie : perte de lait, agnelages décalés, prix des agneaux différents dans la saison… C’est pourquoi il est important de réaliser des recherches   en contactant le vétérinaire sanitaire, dès les premiers signes cliniques.

Document à consulter et à télécharger: Règlement de la CSPR

[Haut]