Caractéristiques de la BVD

/ / VOIR LES ACTIONS

 

 

La maladie est toujours présente dans notre département, comme en témoignent les résultats de la campagne 2016/2017. Cependant, on constate que les élevages qui mettent un plan d’assainissement rapidement en place après le dépistage positif, voient leur pertes globalement diminuées.

L’éradication de la BVD est en cours au niveau national, l’arrêté ministériel devrait paraître en 2018. Dès lors, les différents départements auront 4 ans pour appliquer les mesures réglementées. Grâce aux efforts de chacun, notre département est déjà bien avancé sur les actions de prévention de la BVD. A nous de continuer à avancer dans ce sens pour que le cap de 2020 soit franchi sereinement dans nos élevages.

 

LA MALADIE

La BVD est due à un virus de la famille des Pestivirus (comme la Border Disease pour les Petits Ruminants et la Peste Porcine Classique du Porc). BVD signifie Bovine Viral Diarrhea, parce que les signes cliniques de la maladie peuvent s’exprimer par de la diarrhée principalement. Mais cet agent peut induire des signes très variés et des pertes de productions multiples (avortements, mortalités néonatales…).
On parle également de Maladie des Muqueuses qui correspond à un syndrôme spécifiquement associé à la contamination in utero de certains veaux, qui naissent Infectés Permanents Immunotolérants ou IPI.

 

SOURCES DE CONTAMINATION

A l’échelle du troupeau, deux voies principales de contamination BVD

La contamination se fait essentiellement par voie aérienne.

Les ovins peuvent également être une source de transmission de la maladie. Des contaminations croisées inter espèces (bovins / ovins) sont possibles.

Dans des cas plus rares, les intervenants en élevage peuvent aussi jouer un rôle dans la transmission de la maladie. En effet, le transport du virus d’une exploitation à l’autre par les bottes ou les vêtements est possible, d’où l’importance de la mise en place de dispositifs de biosécurité (pédiluve, surbottes,..).

Une fois que le bovin est contaminé, il y a différentes conséquences, selon l’âge de l’animal, le stade de gestation.

BVD-Sources de contamination

SYMPTOMES D’ALERTE

  • Avortements à répétition, ou la naissance de veaux chétifs.
  • Diarrhées et toux sur les veaux.
  • Génisse qui ne grandit pas et/ou qui a des problèmes d’ulcères buccaux, de diarrhées…
  • Problèmes de fertilité, de fécondité.
  • Problèmes de mammites.

 

EVOLUTION DE LA MALADIE

BVD - Conséquences à plus long terme

 

CONSEQUENCES A PLUS LONG TERME

En fonction des stades de gestation du cheptel, de la présence ou pas de veaux, et de l’état général du troupeau, les conséquences d’une atteinte par la BVD sont extrêmement variables d’un cheptel à un autre, allant du passage viral totalement inaperçu à celui provoquant de nombreuses pertes de productions.

BVD - Évolution de la maladie

 

FACTEURS DE RISQUE DE CONTAMINATION

A l’échelle du troupeau, deux voies principales de contamination BVD

LES VEAUX IPI

Les IPI se créent au stade fœtus, lorsque la mère est infectée pour la première fois entre le premier et le cinquième mois de gestation. A ce stade, il n’a pas encore développé son propre système immunitaire et il s’approprie le virus comme faisant partie de l’organisme. Il naîtra vivant porteur et excréteur massif du virus à vie, sans aucun anticorps pour lutter.

La présence de veaux IPI (Infectés Permanents Immunotolérants) dans un élevage peut retarder considérablement l’assainissement.

Une fois dépistés par prise de sang (analyse par PCR ou virémie), ces bovins doivent être éliminés au plus vite et une stratégie de lutte doit être envisagée à l’échelle du troupeau (en concertation avec le vétérinaire et le GDS). La viande restant consommable, il est possible de les vendre pour la boucherie. Un bovin IPI est parfois reconnaissable par son aspect : veaux chétifs, avec d’importants problèmes de croissance et/ou un vilain poil. Mais ils peuvent tout à fait présenter un aspect, une croissance et une conformation tout à fait normale. Il convient donc d’être vigilant et ne pas se fier à ce seul aspect physique.

DIAGNOSTIQUER LA MALADIE

La présence de BVD dans un cheptel peut être mise en évidence à l’aide de différents critères :

  • Mise en évidence d’un animal IPI (vivant ou mort) par le biais d’une analyse PCR (sur rate du veau mort, ou sur veau vivant),
  • Sondage sérologique sur bovins dit «sentinelles» (lot des 10 plus jeunes animaux de plus de 6 mois en contact avec le cheptel). La tranche d’âge 6-24 mois est conseillée à partir du moment où les bovins sont en contact avec le reste du cheptel. Si une majorité des génisses sont séropositives, cela signifie qu’elles ont été en contact avec le virus, et prouvent une circulation récente de la maladie.
  • Mise en évidence d’une séroconversion (un ou plusieurs bovins séronégatifs qui deviennent séropositifs),
  • Résultat positif sur PCR de lait de tank (pour les élevages laitiers).

Dans tous les cas, il est indispensable de contacter le vétérinaire traitant afin qu’il vienne faire des recherches (prélèvements d’organes, prises de sang).

[Haut]